Olivier Sourisse, son journal

Bienvenue sur mon blog


Aux petites heures de la nuit, le roman de Flo Renard, tout simplement magnifique !

De Flo Renard !

Il est rare qu’un premier roman vous transporte autant, que l’histoire soit à l’origine d’une longue et belle insomnie. Déjà, en raison, il faut le reconnaître, de Benjamin, garçon de dix-sept-ans, qui malgré l’épreuve qu’il doit traverser, illumine chaque page, chaque chapitre. Passionné, romantique, ce rimbaldien contemporain, violoniste talentueux voit sa vie déviée de ce qu’elle aurait dû être, très tôt, quand on est un virtuose.

Un accident de car, une trajectoire brouillée et le voilà qui se retrouve dans un centre de rééducation, après avoir perdu l’usage de ses deux jambes. Face aux contraintes physiques, à celles du désespoir, Flo Renard distille dans une langue remarquable, un style efficace, un espoir merveilleusement bien décrit.

Mais là n’est pas la seule force de l’écrivain. Il y a l’intrigue.

A peine rentré aux Epicéas, dans la banlieue grenobloise, Benjamin entend une petite musique, un écho à la sienne qu’il joue au violon, une demande particulière. D’abord préoccupé par ce fantôme qui le suit, dont on imagine être son double dans une autre période, Benjamin va se transformer en détective. Pas évident quand on se déplace en fauteuil roulant. Mais comme il est un garçon attachant, au regard vif et brillant, il va s’adjoindre les services d’Elise, une ado enjouée, facétieuse, et surtout ceux du mystérieux Léopold, grand gaillard à l’allure romantique qui ne le laissera pas indifférent, l’aidant à se révéler intimement.

Aux petites heures de la nuit, c’est donc d’abord la descente vers l’abîme avant l’ascension vers la délivrance d’un esprit enfermé dans une mort survenue trop jeune, et qui servira de propulseur aux désirs enfouis de Benjamin et de ses camarades, comme on peut le connaître après une période noire.

Il est évident que le roman de Flo Renard est une pépite. Elle l’est d’autant plus que la BO du roman est formidablement bien élaborée. Les évocations sont d’ailleurs nombreuses ; de Dvorak à Coldplay, en passant par Placebo ou Travis. Un choix musical qui n’est pas étranger à l’efficacité de l’histoire, signée par un disciple de J. K. Rowling ! C’est d’ailleurs ce qui saute aux yeux, cette sensation que ce roman annonce le début d’une œuvre généreuse et très prometteuse.

A lire sans modération !

Olivier Sourisse

En vente ici sur Amazon

Share Button

Comments are closed.

Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookVisit Us On Google PlusVisit Us On Linkedin